samedi 24 juin 2017

Autechaux-Roide le 22 juin 2017

    Deuxième jour de l'été et canicule depuis plus d'une semaine, aussi randos prévues annulées.
    Zut, comme semaine dernière, mais Guy nous propose un compromis alléchant : marcher tôt le matin et seulement le matin avec repas tiré des glacières restées dans les voitures. Quelle aubaine !
24 randonneurs séduits de marcher plus léger, partent ainsi du stade de Roide, par des sentiers bien ombragés dans la forêt en direction de Pierrefontaine, du passage de la Douleur pour gagner la Tour Carrée bien rénovée qui domine le plateau d'Ecurcey, (bastion du maquis du Lomont attaqué et gagné par les allemands le 22 août 1944). Et c'est la pause du matin avec un délicieux cake confectionné par Claudine.
Nous quitterons la fraîcheur des bois pour traverser le finage de la ferme de Brisepoutot où l'odeur des foins nous enivre, tout comme le point de vue sur les villages alentours. Le soleil est déjà haut dans le ciel, la température s’accélère et c'est avec soulagement que nous regagnerons la forêt pour amorcer la descente. Claudine rêve de son petit ballon, Mylène cueille du millepertuis, chacun à la façon des poules se secoue les ailes pour profiter du moindre courant d'air sans oublier de se désaltérer régulièrement. Et nous voilà arrivés. 
    Quel accueil : Maryse et Michel nous attendent avec un apéro maison, la commune a prêté bancs et tables pour nous installer confortablement. Que demander de plus ! les glacières débarquent, assez d'eau pour ce matin, open bar assuré, bon appétit à tous.
Jean attend son casse-croûte et Odile, un peu plus haut, attend son Jean... 
   Vous avez vu les frères jumeaux ? en rose tout comme le fléchage du parcours, bizarre, bizarre !
Gâteaux, chocolat,café et cerises du jardin compléteront le repas en beauté.
Le président très sérieux demande le silence pour faire une annonce : vous avez le bonjour de Marie-Claude, et... bon courage aux bénévoles pour le marché du soir demain à Pont de Roide.
    Merci à Claudine et Guy pour cette réactivité et ce changement de programme qui a engendré un moment de détente très convivial malgré un thermomètre qui affiche les 40°.

Michèle





































samedi 10 juin 2017

Vaufrey-Montursin-Roche d'Or le 8 juin 2017


    Nous revoilà sur le parking au départ de Vaufrey pour une nouvelle rando franco-suisse. Quand on aime, on ne compte pas... la région est si belle sous ce frêle soleil matinal.
    Ouf, le temps n'est plus à l'orage, il fait plutôt frisquet, mais température idéale pour nos 28 marcheurs qui vont entamer sans plus attendre, le sentier qui serpente et grimpe dans la forêt jusqu'à  Montursin qu'ils vont atteindre sous les aboiements des chiens du village. 
    De là, nous gagnerons Le Fol, passerons devant l'ancienne douane suisse où paissent des moutons bleus, puis par les pâturages nous continuerons de monter jusqu'à la tour panoramique de Faux d'Enson. Et, comme si ça ne suffisait pas, il faut encore gravir 39 marches pour atteindre son  sommet qui culmine à 935,60 m. De là, vue à 360° sur l'Ajoie, les Vosges, la forêt Noire et par beau temps, comme aujourd'hui, sur les Alpes bernoises. 
    Nous profiterons de troncs d'arbres entassés au milieu de ce paysage coloré pour pique niquer gaiement et nous en repaître jusqu'à satiété.
Va falloir entamer la descente mais chut, il y aurait, aux dires de Michel et Gérard, des espions suisses cachés dans ces drôles de petits caissons qui brillent au soleil sur le bord des routes, le mystère reste à éclaircir...
    Nous traverserons Roche d'Or, passerons à proximité de la ferme de Montavon, où, si le cœur vous en dit, vous pouvez aller y dormir dans la paille avant d'atterrir aux grottes de Réclère. Nous longerons le parc préhistorique par la droite sans apercevoir aucun dinosaure mais nous retrouverons les fameuses bornes qui jalonnent la frontière.
     La forêt reprend ses droits pour le reste du parcours avec un chemin accidenté et humide; ça glisse, ça tombe mais pas de bobo. Michel aura même le droit de manger ce soir, sa Ginette n'est pas tombée malgré tous les "brinquins" qui dévalent la colline trop vite. Et si nous n'y avons pas entendu le chant du coucou, nous avons bien perçu les 'hi hi ho ho' de Lily, son rire on le reconnaîtrait entre mille, il égaye toutes les randos.
   Les ruines du château de Montjoie nous accueillent pour un goûter improvisé et gourmand.
    Ne reste plus qu'à regagner la route, longer le Doubs, admirer les cygnes, saluer les pêcheurs et dire merci à notre sympathique guide Michel H.


Michèle