samedi 7 décembre 2019

Saint Hippolyte, Balade et Resto le 5 décembre 2019

  Un jeudi pas comme les autres où tout est question de chiffres et de vues, il y en a pour tous les goûts ! Chapeau aux organisateurs que nous remercions vivement.
Combien étaient-ils les courageux à sortir de sous la couette aux aurores pour se retrouver à Saint-Hippolyte sur le parking du clos Pascal dès 9 h 30 et par - 3 degrés ?
  21 bien chapeautés, gantés et chaudement vêtus (pas de gambettes à l'air ni de jupettes, ça caille un peu trop) vont se lancer par les Santans à la suite de Guy, enfin rassuré par la météo : pas de pluie, pas de gadoue mais des sols gelés avec une terre qui craque sous les pieds, des feuilles mortes sublimées par la dentelle de givre et des cimes blanches comme si il avait neigé sous un ciel d'un bleu lumineux. Une vraie récompense pour les lève-tôt.
  Ça discute, ça avance gaiement. Par la passerelle au niveau des usines, ça traverse le Doubs, puis ça grimpe en direction de Liebvillers avant de longer la crête. Pas le temps de prendre froid, au contraire s'arrêter au soleil pour admirer la vallée, respirer à pleins poumons cet air frais revigorant du matin, avant de passer sous la ferme de Grande Roche et d'atteindre la chapelle du Mont, la visiter et profiter pleinement de la belle vue sur Saint-Hippolyte avant de retourner aux voitures et enfin gagner le point culminant du jour le Bellevue.
Force est de constater que :
   Un certain nombre n'hésitera pas entre 2 portières de voiture, à troquer tenues de baroudeurs contre des tenues plus adéquates au risque de s'enrhumer
1 randonneuse ayant satisfait sa soif de grands espaces quittera le groupe presque incognito pour vaquer à d'autres occupations
1 couple aura gagné à pieds de leur domicile le point de ralliement de midi et s'en retournera de même, grève des transports ou mieux garder la forme ?
et le plus gros de la troupe sur son 31 (je vous laisse faire la soustraction étant donné qu'Alain avait validé 55 inscrits) dans leurs petits souliers, endimanchés, pomponnés, (avec la température qui se réchauffe, apparition miraculeuse de quelques jupettes pour le plus grand bonheur de...) sera bien attablé dès midi sonné.
  Le plus dur maintenant est réservé aux serveurs, tous les menus ayant été panachés et nous dispersés autour de 6 tables. Ne nous reste plus qu'à apprécier cet instant convivial, déguster voire savourer les mets choisis, discuter et déjà échanger sur le calendrier 2020 nouvellement distribué.
Bonne fin de journée à tous et rdv demain soir pour le téléthon.
Michèle









































dimanche 24 novembre 2019

Hauts de Pont de Roide le 21 novembre 2019

  Autechaux, hautement perché nous était annoncé, Oh rage ! oh désespoir ! nous n'y mettrons point les pieds. Y aurait-il ruse de la part de notre guide en vue d'attirer 45 randonneurs et battre le record de participation ? Au vu de l'affluence, on se croirait aux marches de Saint-Hippolyte !!!
Partir de la MPT, grimper le chemin des Dames, gagner le crêt des Roches, bifurquer à gauche jusqu'à la ferme de Brûlefer et profiter de ce joli cadre de verdure pour contempler, auréolés par le soleil, les villages d'Autechaux et Ecurcey.
  Descendre une sapinière, s'arrêter dans une clairière pour goûter les délicieux gâteaux confectionnés par Maryse qui n'attendait pas autant de monde ! écouter les réponses fournis par le mycologue aux nombreuses questions suscitées par la diversité des champignons glanés ici et là en bordure des chemins, descendre dans une forêt de feuillus au sous-bois tapissé de verdure, oh ! que c'est beau et reposant, entendre le 'gars' dire : de ma vie je ne suis jamais passé par là et il loin d'être le seul, à travers les branchages contempler une seconde fois le village d'Autechaux qui se découpe en ligne de crête et gagner Roide sans oublier de faire un clin d’œil à Jeanne la locale absente dans les rangs.
Puis par la combe au zoo ? nous y avons croisé un ours, plutôt aux aulx ? cultivés ici autrefois ou aux eaux  ? car envahie régulièrement par les eaux du ruisseau, voire la combe aux os ? jetés là jadis par les bouchers de la vallée toute proche.      L'origine exacte du nom de cette combe ? interrogez donc Michel, lequel ? plus facile à trouver que de résoudre l'énigme des OOO !!!
Remonter en faisant un petit crochet, prendre un chemin couvert de feuilles mortes, se régaler de leur crissement sous les pieds, longer à mi-hauteur et à flanc de colline la nationale avant de la traverser pour regagner les voitures dans le brouhaha de la ville.
  Du ciel bleu, du soleil qui joue à cache-cache avec les nuages, des feuillus aux couleurs multicolores qui contrastent avec le vert des sapins, autant d'ingrédients qui font de cette balade une sortie exceptionnelle pour cette fin novembre.
Merci à Maryse et Michel et sans rancune, même si Autechaux, tel un joyau est resté inaccessible aux marcheurs du jour 't'as voulu voir Autechaux et tu as vu... Roide' !
Michèle