samedi 19 septembre 2020

Etangs de la Gruère - Saignelégier le 17 septembre 2020

 1 seule randonnée: les étangs de Gruère dans les Franches Montagnes en Suisse.

 Au départ, léger flottement dans l’horaire; 8h30 seulement 3 personnes au départ. Mais où sont les autres???? Finalement 8h45 14 randonneurs prêts au départ; seulement 14 Mais où sont les autres?????
 Panne de réveil, pas envie de marcher, trop de trajet, on ne saura pas. Au passage à Trévillers, nous prenons Agnès, ce qui fera 15 promeneurs , direction Saignelégier.  Le parking et ses sculptures de chevaux nous accueillent. Il fait un peu frais, à 1000 m d’altitude : normal. Départ par les pâturages plantés ça et là de majestueux sapins. Traversée d’une forêt où nous découvrons l’étang des Royes.  Pas beaucoup d’arbres malades, mais si en voilà, la scolyte a passé la frontière aussi. Jolie promenade parmi les vaches, les chevaux en liberté en passant par les Cerlatez. Pas de difficulté, tout le monde suit, il parait sans faire d’excès de vitesse. 12h nous voici en vue de l’étang:  magnifique. C’est l’heure de manger; les tables sont en plein soleil; on continue. Sens obligatoire pour le tour de l’étang (Covid) ;on mangera donc à l’ombre. Nous avons vu des vaches de toutes les couleur; des montbéliardes, des charolaises, des brunes en voici maintenant des jolies noires et blanches pas farouches, avec le taureau, impressionnant et de mauvaise humeur. Retour par la Randoline , encore parmi les chevaux, les vaches en liberté au son des clarines. Quelle jolie musique. Même  un cheval a une petite clochette; c’est peut-être un fugueur.
 Nous voilà rendus. Une quinzaine de Kms dans des paysages à couper le souffle par un temps merveilleux. Une journée comme on les aime.
Merci Jeanne et Agnès.
Odile


























vendredi 11 septembre 2020

Le lac Moron du barrage du Châtelot au saut du Doubs le 10 septembre 2020

 8 h 45, 25 ou 27 ou 29 randonneurs (je n’ai pas compté mais tout le monde est rentré, pas de perte)sont au départ dans la fraîcheur du matin.On accueille une nouvelle randonneuse Bernadette ; bienvenue à elle.

  Direction Le Pissoux. Mais c’est où Le Pissoux ???? Ça y est, j’ai trouvé juste en dessous du Barboux mais vraiment dessous . Descente vertigineuse, les freins chauffent.Je verrais bien une étape du Tour  “barrage du Châtelot – Le Barboux”,ça vaut bien les virages de l’Alpe d’Huez, mais bon la route est trop étroite.Et devinez, ça continue de descendre;je crois que personne n’a compté les marches tant on était occupé à regarder où on mettait nos pieds.Joli sentier le long du Doubs,mais ciel, encore un loup:il va falloir traverser la rivière.On est gâté, il n’y a pas beaucoup d’eau et on arrive en Suisse en passant le gué et en sautant sur des ronds à fleur d’eau sans se mouiller les pieds.Une victoire pour Christine et Jean: ce n’était pas leur tasse de thé.Nous cheminons sur le sentier du bord de la rivière tout en admirant le paysage, les hautes falaises,le Doubs toujours là au niveau bas qui découvre les rives caillouteuses. Nous voici au Saut du Doubs, qui ne saute plus, cause sécheresse. Notre hôtel nous attend avec bancs, tables, toilettes, le luxe quoi.Retour par le Saut du Doubs où des téméraires plongent ou sautent depuis les rochers dans ce qu’il reste de la cascade.Gonflés les plongeurs !!!!!

Dernier loup: les escaliers à remonter. Chacun grimpe à son rythme sans rechigner.Nous voici au parking.Il faut encore rejoindre le Barboux, heureusement on a les voitures.Des noms me reviennent en mémoire Ruelle de la truite et Cabane des Robins des Bois.On y est passé. Superbe rando. Merci Alain et Marie-Claude (pour ses meringues)

Odile