samedi 15 janvier 2022

Blamont le 13 janvier 2022

 A notre arrivée au stade de la Crochère totalement dans l'ombre, grand ciel bleu mais température négative, à gla-gla, va pas falloir traîner avant de démarrer. Aucun risque avec notre doyen Michel en chef de file, toujours bon pied bon œil, même pas le temps pour les politesses d'usage hors d'usage, il démarre sur les chapeaux de roues sans attendre que les 32 randonneurs soient dans leurs starting-blocks.

Erratum, le froid tue les microbes (mon dernier compte-rendu), la sagesse populaire se trompe,  seules de fortes températures peuvent y parvenir, mea-culpa.

Donc démarrage en fanfare par la Vieille Crochère encore gelée, pas d'échauffement ça grimpe tout de suite, avantages pas le temps de prendre froid et nous arriverons plus vite au soleil sur le plateau, inconvénients rythme trop soutenu, le groupe se dissocie et la bise, même si défendue, s'invite sur les hauteurs. Un, deux, trois, soleil, chacun se fige par petits groupes, dur dur de rameuter tout ce petit monde au même endroit, j'ai ouï-dire qu'il y en a même qui se sont faits remonter les bretelles !

Au sortir du bois, en progressant sur le plateau avant d'atteindre Pierrefontaine-lès-Blamont, nous apercevrons successivement sur notre gauche perdus dans la nature, les villages d'Autechaux-Roide, d'Ecurcey, de Blamont puis en face de nous Roche d'Or sous la neige. C'est un village assez spécial avec des bonhommes de neige à tous les coins de rues, un inuit et sa banquise, le Père Noël y a même oublié son traîneau, des poissons rouges nagent dans le lavoir, un forsythia est en fleurs...

Si jusque-là, le parcours suivait un cours normal, maintenant sans crier gare, il va muter. Nous abandonnons la Creuse au profit d'une variante pour gagner plus rapidement Blamont, son aire de jeux pour une pause gourmande avec vin chaud préparé par Maryse et transporté par Michel, accompagné de délicieuses madeleines emballées individuellement.

De là, à l'image du soleil qui décroit doucement à l'horizon, nous amorcerons la descente plus périlleuse et boueuse que l'ascension. Le soleil a fait son œuvre, la terre du chemin dégèle et colle aux godillots. Nous traverserons la D 73, enjamberons le ru au niveau de la cascade du Roide avant de retrouver la Vieille Crochère et nos voitures.

Aujourd'hui jeudi 13 sainte Yvette que nous bisons virtuellement, le chiffre 3 était aussi à l'honneur avec le nombre des participants dîtes 33 et la départementale traversée 73, peut-être un signe pour faire un loto, je dis ça, je dis rien...

Merci à Maryse et Michel qui, malgré le nombre de mutations encourues ne risquaient pas de nous perdre, Michel connaît le secteur comme sa poche pour y être né et Maryse avait le remède pour contrer les variantes, une réédition diversifiée et vivifiante.

'Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux passages mais à avoir de nouveaux yeux'. Marcel Proust

Bonne semaine à tous, prenons soin de nous.

Michèle









 

mercredi 12 janvier 2022

Bourguignon le 06 janvier 2022

 En ce début d'année, période propice aux vœux, vous avez été nombreux à les exprimer via le net, à la super équipe de randonneurs, au groupe si sympathique, aux petits loups, avant tout la santé, puis viennent dans le désordre : bonheur, convivialité, joie, amitié, partage et papotage, avec à l'unanimité le plaisir de se retrouver sur les sentiers de randonnées pour une année oxygénée.
Positivez, hissez les voiles, le bon vent va finir par se lever et chasser cette 'M', ce satané virus, il vous suffira alors de garder le cap et de profiter de tous les jours qui passent avec ou sans soleil.
Pas de résolutions, plutôt des préconisations et pour la reprise des hostilités, en ce jour d'épiphanie ou jour des 'rois', Christine nous propose non pas une mise en bouche faute de galettes, point positif rien à éliminer, mais une mise en jambes avec des retrouvailles masquées, le carnaval maintenant c'est toute l'année...
Sous un ciel gris avec une température avoisinant les 0 degré, 29 randonneurs facilement repérables à leurs bonnets colorés, partent tranquillement en longeant les berges du Doubs avant de le traverser au niveau du collège pour gagner la rive gauche, flirter avec le lotissement du Haut puis emprunter un petit sentier en bordure de forêt qui longe la nationale en direction de Bourguignon. Bienheureux ceux qui ont pris leurs bâtons car, malgré une bonne couche de feuilles mortes, il est assez détrempé suite aux rabasses tombées en début de semaine mais reste praticable, seules les chaussures dégustent.
René a assuré ses arrières en matérialisant le parcours, chemin faisant il a même sorti un monstre de sous son bonnet alors qu'il avançait tête nue, un peu magicien le gars, même pas peur !
Une belle éclaircie nous accueille au sortir du bois au niveau de Bourguignon, nous retraversons le Doubs pour gagner la rive droite et faire une pause gourmande au centre du village. Y avons-nous droit ? avons-nous été assez sages ? Il faut le croire puisque Christine distribue sans compter son délicieux pain d'épices et René des papillotes, tous deux gantés, deux précautions valent mieux qu'une par les temps qui courent.
Le retour s'effectuera à un rythme plus soutenu, le troupeau deviendra colonne qui s'étirera jusqu'à l'arrivée avec un soleil bas et blanc dans les yeux, jamais contents !
Merci à Christine et René pour cette balade de reprise, ce premier bol d'air, les débuts sont prometteurs, un temps idéal pour les randonneurs, pas pour les microbes, Yes !.

Michèle




jeudi 16 décembre 2021

Montbéliard le 16 décembre 2021

En ce début d'après-midi, fallait bien se couvrir, dehors il fait si froid, mes prévisions météorologiques étaient quelque peu erronées : le soleil est là mais bien pâle et la bise s'est invitée au rendez-vous. Aussi sans plus attendre, coiffée du bonnet rouge de saison, j'invite les vingt touristes à me suivre pour une visite inédite de Montbéliard, hors des sentiers battus, avec dans ma hotte, quelques surprises plus ou moins convoitées, parfois 'le Père Noël est une ordure'.

-Un pont qui enjambe le canal, une passerelle pour revenir sur nos pas et une autre pour traverser l'Allan; vous êtes bien assez grands pour trouver en fin de journée, le dernier pont qui vous ramènera aux voitures

-Toute une série de parcs, véritable poumon vert aux portes de la ville : Pré la Rose, Île en Mouvement, celui de la Banane et enfin Les Miches

-Des quartiers périphériques, parties intégrantes de la ville : de la Petite Hollande en passant par le Port pour gagner la Citadelle avant de gagner le Centre

-Des rues ou ruelles aux noms peu engageants comme la rue de la Beuse aux loups (autrefois, le loup pourchassé finissait acculé au fond d'une cavité et y était capturé), le chemin du Cheminot  bien éloigné de la gare ou encore le chemin des Chèvres, libre à vous de l'emprunter sinon vous continuez tout droit jusqu'à la case 'prison' où nous vous reprendrons en passant

-Des bâtiments remarquables : l'hôtel de France, une petite maison décorée avec goût, au loin le clocher de l'église Saint-Maimbœuf  avant d'admirer tout le centre historique illuminé

-Deux volées de marches impressionnantes à gravir 147 puis 175 et une dernière, les 27 de l'éolienne des Miches, construite il y a dix ans par Denis Lucaselli, belvédère qui récompense tous nos efforts et nous offre un panorama à 360° pour découvrir sous un autre angle la cité des Princes mais aussi  le Jura, les Vosges, la trouée de Belfort, la Suisse...

-Ah, j'oubliais, en cours de chemin, une retardataire, Francine qui est venue grossir les rangs, 22 les v'là, juste avant la distribution de papillotes

Et comme habituellement, le meilleur pour la fin, l'arrivée au marché de Noël. Après un petit aperçu des animations du jour : le Vénitien et ses bulles, l'harmonie Peugeot et le foot sur la patinoire, après un petit verre de vin chaud bien mérité, à chacun de profiter à sa guise des lumières de la ville et de ses étals dispersés ici et là, sans oublier de remercier Kiki, ma binôme toujours à veiller au bon grain, de marches en marches jusqu'au marché.

A tous, je souhaite un bon Noël en famille et une très bonne fin d'année.

Si vous avez un peu de temps libre, encore un peu de magie de Noël avec 'les nuits rêvées au château' qui se dérouleront du 18 au 28 décembre sur son esplanade de 18h à 19h30.

Michèle
 



  
 


 








vendredi 10 décembre 2021

Balade à Bief et restaurant le 09 décembre 2021

 Bief avant resto

Dès potron-minet, le réveil a dû sonner dans bien des chaumières de façon à ne pas rater le rendez-vous fixé par Claudine et Guy, c'est que nous avions perdu l'habitude de partir aux aurores et qu'il fait bon rester sous la couette quand la chaîne du Lomont est enjolivée d'une fine pellicule de neige...

Depuis l'extrémité du pont qui enjambe le Doubs à Bief, 21 randonneurs bien emmitouflés ont traversé la nationale pour emprunter l'ancienne voie de chemin de fer reconvertie en sentier forestier, en direction de Saint-Hippolyte. Chemin faisant, vu que nous avancions plus vite que les aiguilles de nos montres, nous avons opté pour un petit détour par la cascade du Bief présentant en cette période pluvieuse, une impressionnante chute d'eau.

De là, nous avons repris le cours normal de notre pérégrination jusqu'à la Cité du Maroc pour  traverser le Doubs par la passerelle au niveau de la centrale électrique de Liebvillers et revenir sur nos pas en longeant la rivière.

Quelques passages boueux ont pimenté notre parcours sans véritable dénivelé et c'est ainsi que nous avons gagné Bief encore en avance sur l'horaire programmé; donc rebelote, nous voilà reparti pour un tour gratuit, à longer le bief ou bisse ou en ancien français biez, c'est-à-dire le lit d'un cours d'eau (ce qui explique la présence de nombreux biefs par monts et par vaux) pour gagner le centre du village avec sa croix gothique de pierre, sculptée sur les deux faces, classée aux monuments historiques.

Bon c'est pas le tout, à jouer les prolongations, nous allons arriver en retard au restaurant, il est grand temps de regagner les voitures, de changer au moins de chaussures et au plus de faire un strip-tease pour s'endimancher avant de reprendre le volant.

Et comme par magie, nous plus que doublons le nombre des participants, qui par l'odeur alléchés, ont convergé masqués, sans oublier de montrer patte blanche, vers une salle joliment décorée pour se sustenter de mets raffinés. Moment convivial apprécié de tous, d'autant plus qu'à pareille époque, l'an passé nous étions confinés dans nos foyers.

Avec un jour de retard, nous souhaitons un joyeux anniversaire à Guy que nous remercions ainsi que sa binôme adorée Claudine pour ce bon bol d'air matinal et saperlipopette, sept malheureux petits km, sans oublier Christine qui a géré comme un chef, l'organisation du repas.

Aujourd'hui, sainte Léocadie, jamais entendu ce prénom et vous ?

Le dicton du jour : Dans l'Avent, le temps chaud remplit caves et tonneaux. C'est pas le pied !

A l'approche de l'hiver, le plan blanc se généralise dans les hôpitaux, la neige tombe en abondance dans nos montagnes,  n'oubliez pas de faire votre lettre au Père Noël.

Michèle