vendredi 22 juin 2018

Glay le 21 juin 2018

   16 personnes sont au départ de Glay, nous grimpons à l'ombre en direction de Meslières et l'étang de la Chapotte où nous arrivons vers midi.
Après les rafraîchissements d'usage nous pouvons manger sur des tables autour de l'étang paisible. Nous repartons en direction de Roches Les Blamont où la fontaine des Roches est la bienvenue pour nous rafraîchir. Retour à Glay, bonne journée sympathique et retour rapide pour satisfaire les fans du foot.
Simone et Michel

  Merci à Simone et Michel pour les différentes collations de la journée et l'excellente maîtrise du guidage.
Guy





















Rouge Gazon le 21 juin 2018

   Pour ce 1er jour de l'été, destination les Vosges.
Pas besoin de faire un dessin, les 17 randonneurs savent parfaitement à quoi s'attendre : tout le matin, ça monte et ça descend à travers la forêt, avec des chemins soit confortables grâce aux épines de pins, soit scabreux à cause des cailloux, ou des prairies verdoyantes aux chemins dignes d'un terrain de golf ; le tout bordé par une profusion de myrtilliers très fournis, de fougères, de digitales, de gentianes avec une biche en sous-bois et dans une clairière un troupeau de ? chamois ! sans oublier la succession de lacs qui jalonnent le parcours ; Sewen que nous admirerons depuis les voitures, Alfeld et son barrage d'où nous démarrerons, puis viendront le grand et le petit Neuweihers au nom imprononçable, et enfin le lac des perches où l'on pêche la truite.
   Vous trouvez ma phrase longue comme un jour sans pain, ce n'est rien comparée au chemin qu'il nous a fallu parcourir pour arriver à la station de ski de Rouge Gazon, qui semble devoir son nom aux bruyères, et avoir enfin droit au casse-croûte comme Hervé nous l'avait programmé.
   De là, il faudra encore monter, passer devant un beau chalet de montagne semblable à celui d'Heidi, en profiter pour y faire une photo de groupe, passer par le col des Charbonniers à 1138 m avant d'entamer une descente interminable à un rythme endiablé comme si le ciel allait nous tomber sur la tête, il est vrai qu'il s'était bien assombri, mais finalement aucune goutte.
Petit arrêt à la ferme de Baerenbach, zut pas de munster et zut pas le temps de s'y désaltérer, par contre je m'y suis chopée une belle 'gamelle' sans attraper la souris et ouf sans bobo, du coup en compagnie de Kiki et Lily nous avons ralenti la cadence et lâché le peloton; pas grave les carrefours sont bien balisés et nous avions la porte ou plutôt la clef de la voiture.

   Merci à Claudine et Hervé pour ce grand bol d'air à travers le massif vosgien aux points de vue exceptionnels. Bons matchs, bonne fête de la musique et bel été à tous.
Michèle.





























vendredi 15 juin 2018

Le Creux du Van le 14 juin 2018

   Par des routes différentes le groupe de 14 randonneurs se rejoint au parking de NOIRAIGUE point de départ du Creux du Van. Notre guide du jour, notre DéDé national décide de descendre les gorges de L’AREUSE sur
environ 2 Km jusqu’au pont de pierre à l’ architecture romaine. 
   La rivière AREUSE gonflée par les orages des jours précédents est bouillonnante et bruyante.
   Nous revenons quelque peu sur nos pas pour attaquer le sentier par la ferme ROBERT située à 972 m.
   Les tours de chauffe étant passés les choses sérieuses commencent. Le chemin très caillouteux et raide comme la justice de BERNE (à se gratter les trous de nez sans se baisser) nous conduit à 1250 m.
   Petite halte vers une petite guitoune en bois avec table et banc.
Le dernier tronçon est le plus pentu, les habitués le savent bien mais la récompense sera au bout: une vue imprenable au sommet avec ce cirque unique: le Creux du Van.
   Gentianes, verâtre blanc, lys martagon, anémone narcisse nous accompagnent jusqu’au SOLIAT.
Il est 13h 20, il est temps de sortir le casse- croute.
   Le Meix MUZY est en face, le val de travers qui porte bien son nom est en dessous.
   45 minutes de repos est c’est reparti, le DéDé est debout, on embraye.
   Passage obligé par le sommet du SOLIAT à 1465 m et là: miracle on devine le Mont BLANC et les 3 sommets mythiques des ALPES BERNOISES : L’EIGER, LE MONCH, LA JUNGFRAU.
   La descente par le sentier des 14 contours mérite de l’attention car humide et glissante.
   Et oh surprise! Un truc de ouf! une jeune fille (bon d’accord, c’est pas la première fois que j’en vois une), mais là je n’avais encore jamais vu çà: Elle est à pied nu !!! Mais qu’est ce qui vous arrive? vous êtes fâchée avec les marchands de chaussures? Non, non je communique mieux avec l’énergie du sol.....
Bon d’accord!! On en apprend tous les jours!!
   Nous nous faisons tout petit dans nos godasses pour descendre les derniers hectomètres.
  A l’heure ou je tape le topo ,j’en suis encore pas revenu, les femmes m’étonneront toujours....

Remercions notre DéDé et la météo, ce fut une très belle rando.  
Christian